BLOGUE

Francis Campbell, l’homme derrière Expedibox

par | 14/10/2020 | Article de blogue

 

Si vous lisez ce blog et êtes de la communauté Espace-inc, vous savez qu’il n’y a pas de chemin préétabli pour assurer le succès en affaires. Vous savez aussi, que chaque parcours est unique et qu’il est tout aussi hasardeux que stimulant! 

En août dernier, je suis allée à la rencontre (virtuelle, bien entendu) de Francis Campbell, fondateur et CEO d’Expedibox, pour en savoir plus sur cet homme souriant et amical que je croise fréquemment chez Espace-inc depuis mon arrivée au sein de l’équipe.

Expedibox propose une solution technologique qui exploite des casiers intelligents, une solution qui répond à des problèmes réels et très contextuels aussi, tels que les enjeux de livraison, d’expédition et de la perte de colis.

 

Avec acharnement, conviction et détermination

En discutant avec lui, il m’est rapidement devenu apparent que Francis est un entrepreneur persévérant et hautement déterminé. Son parcours atypique a été parfois long, pénible et difficile, mais il n’a jamais baissé les bras. Pour lui, le plus grand défi a été le fait d’être seul à tenir à bout de bras son projet : « Je n’ai pas de regret, mais ça a été extrêmement difficile. Si j’avais su que c’était si dur, je ne me serais jamais lancé dans l’aventure. »

Avec un sourire complice, Francis se dit content d’avoir persévéré. Il se compte chanceux d’avoir eu l’opportunité d’être accompagné et ajoute : « Il est clair que seul je n’aurais pas pu mener à terme le projet. »

 

Avec toute la patience requise, un parcours long et révélateur commence…

Le parcours de Francis débute en 2017, alors qu’il arrive chez Espace-inc après avoir remporté la compétition Startup Weekend. Tout juste devenu papa, Francis n’est pas certain d’être prêt à se lancer tête première dans le projet Expedibox, mais il décide de voir où ça peut le mener et saisit l’occasion d’être accompagné par Espace-inc qui lui offre un accompagnement gratuit.

Presque 4 années s’écoulent entre le moment de son entrée à Espace-inc et aujourd’hui, alors qu’il gère sa croissance. Francis participe aux cohortes Explo en 2017 et 2018 et Impulsion en 2019. Il est confronté à penser, repenser, valider et revoir son modèle d’affaire, ses marchés et le potentiel de son projet. Il reçoit plus de 425 heures de coaching et travaille avec une douzaine de coachs et experts différents. À son entrée chez Espace-inc, il rencontre Jean-David Bégin qui anime alors la cohorte Explo : 

« Jean-David Bégin m’a fait connaître l’univers de la startup et de l’investissement. Il m’a éclairé sur l’importance du product-market-fit et il m’a mis en contact avec ma première entreprise de livraison. Il m’a aussi encouragé à prendre des risques et à trouver une façon de pouvoir tester mon idée. »

Avec ses coachs, Francis rencontre des clients, structure sa comptabilité, valide son développement technologique, trouve ses fournisseurs clés et conclut des partenariats d’envergure.

« Luc Lopez m’a aidé à comprendre le volet usine et l’importance des procédés industriels et de l’amélioration des chaînes d’assemblages. Olivier Caré m’a soutenu afin d’ordonner ma pensée et les opérations de l’entreprise. Charles Martel m’a aidé à structurer mes chiffres, comprendre les processus de financement, consolider les éléments comptables de mon entreprise et à me solidifier en tant qu’entrepreneur. Philippe Trudeau m’a aidé à articuler ma vision, m’a ouvert énormément de portes avec des joueurs importants et m’a mis en contact avec plusieurs partenaires clés lorsque j’avais des problématiques dont je n’avais pas l’expertise, ni le réseau pour y remédier.  Il m’aide d’ailleurs toujours à prendre de bonnes décisions dans un contexte d’hyper croissance. »

Au fil de ces années, Francis fait des bouts de chemin accompagné alors qu’à d’autres moments, il se concentre à franchir des étapes critiques en ayant un accompagnement très léger seulement. Malgré cela, Francis gravite toujours près d’Espace-inc. Il garde contact avec l’équipe et avec d’autres entrepreneurs qu’il a rencontrés.

Une des étapes critiques qu’il doit franchir est de devoir d’abord trouver l’argent nécessaire pour faire un premier prototype, le mettre en marche, puis voir s’il y a de la traction autour de sa solution. Francis se met donc en mode recherche de financement :  

« J’ai été en mesure de mettre la main sur une subvention d’aide à l’innovation du MEI. Pour l’avoir, Espace-inc avait dû recommander des startups au MEI pour avoir le droit d’appliquer sur cette subvention. »

Francis postule aussi au programme Créavenir de Desjardins et remporte 5 000 $ de subvention et une marge de crédit de 10 000 $. Ensuite, c’est au tour de la bourse d’honneur du MEI de 25 000 $ qu’il remporte aussi. Avec ses efforts, Francis réussit à obtenir le financement nécessaire pour tester sa solution.

« Le défi principal était de prouver que mon idée et que mon produit avait une valeur et que les gens allaient vouloir payer pour ce service. J’ai utilisé des données issues de solutions existantes en Europe, en Asie et aux États-Unis, mais on me disait continuellement que cela ne prouvait pas que cela marcherait au Canada. J’ai trouvé des fournisseurs en Europe et en Asie et j’ai fait venir par avion 2 prototypes que j’ai testés. L’un d’eux a fait le travail et m’a satisfait. J’ai intégré plusieurs améliorations techniques, fait la recherche de composantes électroniques et passé ma première commande de 24 unités pour amorcer les tests. Tout cela a coûté environ 70 000 $. »

 

Rien n’arrive en claquant des doigts!

Francis me confie que son aventure est remplie d’embûches et qu’on ne se retrouve pas avec une entreprise viable financièrement en un claquement de doigts. Déjà, pour trouver sa niche de client et sa vraie proposition de valeur, il doit se casser les dents auprès de plusieurs clients bêta pour qui la solution n’est pas tout à fait adaptée. Mais sans jamais lâcher, et après quelques pivots de son modèle d’affaires, Francis voit un intérêt grandissant pour les grandes entreprises qui gèrent du courrier interne en volume. Avant de trouver le bon alignement entre le produit et le client, un entrepreneur peut itérer son modèle pendant quelques années. C’est normal, mais on n’en parle pas vraiment publiquement. 

Grâce à son travail acharné, Francis réussi à convaincre et surtout prouver que son modèle est viable et qu’il a un réel potentiel de croissance : 

« C’était impossible de faire ce projet-là en quelques mois ou de le valider en une année. Il fallait plusieurs années avant d’arriver à quelque chose. Le travail n’est pas encore fait, il n’est pas encore complété. Il ne faut pas s’illusionner quand on part en affaires. » 

 

Une année charnière et un contexte critique 

Lorsque l’on dit de certains entrepreneurs qu’ils transportent leur vision et travaillent avec acharnement à la matérialiser, on peut d’emblée penser à Francis Campbell. 

Pour l’année en cours, Expedibox a atteint ce que Francis estime être une masse critique de clients. Aujourd’hui, son entreprise est bien installée, en pleine croissance et diversification de marché.  L’objectif est lancé et d’ici la fin de l’année, Expedibox compte avoir installé plus d’une centaine de casiers intelligents dans les immeubles de tours à condos, en grandes entreprises, chez Hydro Québec et d’autres entreprises d’envergures avec qui il négocie présentement.

 

Le succès d’un entrepreneur passe par sa capacité à s’entourer et ne pas rester isolé

Francis croit fermement que ce qui fait le succès d’un entrepreneur est sa capacité à reconnaître la valeur des gens autour de lui et de s’associer aux bonnes personnes :

 « On ne peut pas tout connaître et tout savoir. Il y a toujours des gens plus expérimentés. Il faut accepter l’opinion des autres et accepter d’être ignorant sur beaucoup de choses, puis de s’améliorer à travers les conseils des autres. »

N’ayant pas d’expérience d’affaires à son arrivée chez Espace-inc, Francis comprend vite que pour réussir son projet, il doit s’entourer…de coachs, de ressources expertes, mais aussi d’autres entrepreneurs qui vivent des défis similaires. Lorsque je lui demande pourquoi il a choisi Espace-inc, il me répond qu’il avait besoin de coaching, mais aussi qu’il avait besoin d’appartenir à une communauté d’entrepreneurs : 

« Un des plus gros défis de l’entrepreneur est qu’il est émotif, social et incroyablement isolé. Il faut être capable de maintenir un certain réseau de gens qui sont capables de t’écouter, te comprendre et te conseiller. »

Pour Francis, Espace-inc est une communauté d’entrepreneurs imparfaits qui, comme lui, ont besoin de se nourrir les uns des autres.

« La plupart du temps quand j’allais dans les bureaux d’Espace-inc, je savais que je n’allais pas être productif, que j’allais vouloir parler à tout le monde. Ce n’est pas dans l’objectif de faire des contacts.  C’est dans l’objectif de j’ai le goût de jaser, ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vu, on vient tous un petit peu du même monde et on connaît les défis de chacun. Comment ça va toi? ».

 

À propos du bonheur  

Francis est un gars de défi qui n’a pas peur de se faire bousculer et surtout, il est profondément résilient. Lorsque je lui demande ce que représente le bonheur pour lui, il me répond candidement :

 « Pour moi le bonheur est beaucoup associé au dépassement de soi. Je suis heureux quand je réussis à faire quelque chose que je trouvais difficile. À un moment donné ça va bien et puis on se dit c’est quoi le nouveau défi ? Qu’est-ce que je veux réussir à faire de plus? Pour savoir si j’ai eu une bonne année, je regarde où j’étais il y a 12 mois. Est-ce que j’ai l’impression d’avoir atteint quelque chose? Si je regarde les 12 derniers mois et que je me dis wow je suis vraiment plus loin qu’où j’avais pensé me rendre, j’ai l’impression d’avoir atteint un certain sommet et là je suis fier de moi et j’ai le goût de continuer. Le jour où je me dirai que je n’ai rien fait de nouveau dans mon année et que je ne me suis pas dépassé, que je suis resté la même personne, j’aurai l’impression d’avoir perdu une année de ma vie. »

 

Et pour la suite – Francis veut réfléchir à de nouveaux problèmes et de nouvelles solutions. 

Francis est un rêveur et un créatif de nature. Il ne savait pas qu’il deviendrait un entrepreneur lorsqu’il complétait son BAC en philosophie, sa maîtrise en médiation interculturelle ou encore alors qu’il était travailleur autonome en développement web. Par contre, il sait qu’il aime créer et trouver des solutions à des problèmes : 

« Si on me donne du temps libre, je vais m’imaginer faire des nouveaux projets et je vais essayer de trouver de nouveaux problèmes et trouver de nouvelles solutions. C’est ce que j’aime faire dans la vie. C’est ce qui me rend heureux, le fait de créer et de produire en toute liberté. »

 

Un homme de cœur pour qui le succès passe par la liberté financière pour contribuer à améliorer le bonheur collectif!

Chez Espace-inc, nous sommes convaincus que notre rôle est de faire ressortir le potentiel de l’entrepreneur avant celui de son projet. Nous misons sur l’humain avant tout. Nous sommes heureux lorsque nous avons contribué à aider nos participants à devenir de meilleurs entrepreneurs, de meilleurs humains et ainsi, contribuer au bien-être collectif. Francis semble d’accord avec cette vision car il est lui-même profondément authentique, humain et rêve lui aussi d’un monde meilleur : 

« Moi, c’est un de mes objectifs de pouvoir avoir la chance d’utiliser mes compétences et mes aptitudes pour augmenter le bonheur des autres. Mon prochain projet sera plus humain encore parce qu’il sera moins attaché à l’argent comme tel ».

 

La liberté de choisir, de créer et de participer a façonné ce monde dans lequel nous vivons. 

Je crois que la leçon à retenir du parcours de Francis, c’est que de choisir la vie d’entrepreneur inclut son lot de jambettes… vous serez jeté par terre et piétiné, mais vous serez aussi libre. Libre de choisir votre destin, de créer, de participer à mouler ce monde dans lequel nous vivons. J’espère que son histoire et son parcours vous inspirent à voir plus grand et à poursuivre vos rêves, aussi fous soient-ils. Comme le dit Francis, il faut être extrêmement persévérant pour être entrepreneur : « L’échec arrive souvent parce qu’on arrête trop tôt dans le processus. » 

Merci Francis Campbell, pour cet entretien. J’y ai rencontré un entrepreneur avec de belles valeurs et une inspiration qui semble inépuisable. Bonne continuité à Expedibox. 

 

 

Entrevue et rédaction par :
Amélia Bourbonnais (coordonnatrice administrative – Espace-inc)

Partenaires majeurs