BLOGUE

Innomalt : d’une feuille blanche à une croissance x16 en 6 ans, le parcours d’un alumni

par | 06/09/2021 | Article de blogue

Statut quo… non merci !

 

Raphaël Sansregret, cofondateur d’Innomalt, est l’un de nos alumni, un membre de la grande famille Espace-inc. Quand nous l’avons rencontré en 2015, son projet d’affaires tenait sur une feuille. La malterie, qui s’est donnée pour mission d’offrir des malts locaux de qualité exceptionnelle, finalise actuellement une ronde de financement pour la construction de sa toute nouvelle usine pleine échelle. Le moindre qu’on puisse dire c’est que ce projet a pris une sacrée ampleur depuis le temps!

 

À son arrivée chez Espace-inc, en 2015, Raphaël terminait tout juste son doctorat. Son ami et cofondateur, Pascal Viens, et lui avaient décidé de se lancer en affaires pour régler un problème concret auquel ils faisaient face :

 

« Ce qui nous a emmené là, c’est vraiment une passion pour le whisky. On s’est intéressé à ce procédé parce qu’on voulait partir une distillerie, et finalement, on s’est dit qu’on allait commencer par la malterie parce qu’on n’avait pas un produit de base de bonne qualité. On vivait le même problème que les autres alors on s’est dit que, nous, on allait commencer par régler ça avant d’avancer plus loin. Finalement, c’est un projet en soi qui nous occupe à temps plein! » 

 


– Raphaël Sansregret

 

Ces deux-là ne partagent pas qu’une passion pour le whisky. Ce sont deux scientifiques, deux doctorants, qui ont mis leur savoir en commun pour développer un procédé unique.

 

« J’ai un doctorat en Biologie moléculaire des plantes et mon cofondateur, Pascal, a fait ses études doctorales en Métabolisme des sucres donc, à deux, on a vraiment l’expertise parfaite pour opérer ce type de procédé. »

 


– Raphaël Sansregret

 

Bien que le procédé de fabrication du malt soit en grande partie scientifique, selon Raphaël, il y a quelque chose d’instinctif dans la production de malt :

 

« Il faut sentir le grain, il faut le goûter, le toucher et le voir. C’est comme ça qu’on peut savoir si la qualité du grain est belle, couplé avec des tests de laboratoire, mais il y a quand même un certain côté organoleptique dans le processus. »

 

Il faut le temps qu’il faut…

 

Commençons par le début. Innomalt s’est incorporé en 2014, mais inutile de dire qu’à ce moment, on ne pouvait pas réellement parler d’une entreprise. 

 

« Ça nous a pris un bon 2 ans avant de démarrer l’usine, puis, peut-être un 6 à 8 mois de rodage avant d’avoir une production plus standardisée. C’est quand même un processus long terme. Ce n’est pas quelque chose qu’on fait en criant ciseau et puis, comme bien des affaires, c’est toujours beaucoup plus compliqué qu’on le pense. » 

 


– Raphaël Sansregret

 

Dans ses balbutiements, l’usine ne produisait que quelques centaines de tonnes par an. Graduellement, I’équipe d’Innomalt a optimisé les équipements et les procédés afin d’en faire toujours un peu plus. Aujourd’hui, ils ont atteint un plafond. Leur première usine est au top de sa capacité de production. 

 

 

Les bonnes personnes au bon moment

 

Accompagné par Espace-inc depuis ses débuts, Raphaël a su bien s’entourer pour aller chercher les compétences que Pascal et lui n’avaient pas. Bien qu’ils étaient experts dans leur domaine, les deux entrepreneurs n’avaient jamais démarré une usine, structuré un cycle de vente ou encore fait de la gestion comptable.

 

« Essentiellement, on a réussi à financer la première usine parce qu’on est rentré chez Espace-inc. Ils nous ont coaché pour le faire parce qu’en réalité, pour mettre les choses en perspective, à l’époque, je sortais du doctorat. Je n’avais aucune idée c’était quoi des états financiers. Je savais comment opérer un procédé biochimique, mais je ne savais pas comment structurer une entreprise. On a eu la chance de tomber sur les bonnes personnes au bon moment. Je ne pense pas qu’on y serait arrivé tout seul si ce n’avait pas été de l’accompagnement reçu parce qu’on n’avait clairement pas l’expertise pour faire ça. »

– Raphaël Sansregret

 

L’expertise, c’est une chose, mais être une entreprise de CAPEX (Capital Expenditure) et donc de devoir investir d’importantes sommes d’argent pour les infrastructures et les équipements qui permettent à l’entreprise d’opérer en est une autre. C’est un beau défi que les cofondateurs d’Innomalt ont dû relever… deux fois plutôt qu’une. 

 

Un produit de qualité

 

Innomalt est un nom qui résonne de plus en plus fort au Québec. L’entreprise réussit à se démarquer par la qualité des produits qu’elle offre et par son expertise unique :

« Les bonnes malteries, il en existe très peu au Québec. Il y a seulement Innomalt. »


– Francis Joncas, cofondateur de Pit Caribou, fondateur de la nanobrasserie Brett & sauvage 

 

Le procédé rigoureux, les systèmes de contrôle qualité mis en place et le développement de produits sur mesure ne sont que quelques exemples d’éléments qui permettent aux produits d’Innomalt de se distinguer. Néanmoins, selon Raphaël, le fait d’être près de ses clients et de leur parler régulièrement est ce qui lui permet de créer un lien de confiance avec eux, de bien comprendre leurs besoins et de bien les conseiller. Le client doit toujours être au cœur de la mission entrepreneuriale. 

 

Le meilleur reste à venir

 

En discutant avec Raphaël, on s’aperçoit rapidement que ce n’est pas une personne qui se contente de peu. L’usine actuelle d’Innomalt roule au maximum, leur nom est sur toutes les lèvres dans l’industrie de la microbrasserie québécoise alors pourquoi ne pas s’asseoir sur ses lauriers un moment? C’est simple, son partenaire et lui veulent pouvoir desservir de plus en plus de clients et partager leur passion du malt avec eux. Le statut quo, ce n’est pas pour eux! Ils ont donc décidé de préparer une ronde d’investissement majeure pour financer une usine pleine échelle. 

 

Pour les cofondateurs d’Innomalt, le but est de devenir la meilleure malterie en Amérique du nord et pour cela, il faut augmenter la qualité, la stabilité et la capacité de production. On s’en doute, un projet de cette envergure ne se fait pas du jour au lendemain. 

 

Plusieurs étapes importantes sont à franchir avant même de songer à se lancer dans une ronde d’investissement. Préparer un financement d’une telle ampleur demande du temps, une bonne équipe autour de soi, de la patience et énormément de résilience. Ça fait déjà deux ans qu’ils travaillent sur le financement de la nouvelle usine. 

 

« Il faut comprendre qu’on ne peut pas se lancer dans une ronde de financement comme ça. Il faut la préparer cette ronde-là. Il faut préparer la malterie, aller chercher des designs d’usines, analyser nos procédés et équipements, aller chercher des soumissions. Il faut faire un travail en amont pour être capable de monter un budget CAPEX et OPEX qui se tient. Du moment que c’est prêt, là tu peux commencer à faire ta ronde de financement. Il y a un travail en amont qui a été fait avant même de pouvoir rencontrer certains types de partenaires. »

– Raphaël Sansregret

 

 

Faire ses preuves avant la Croissance!

L’une des étapes les plus importantes dans une démarche de financement est de faire ses preuves, soit d’être en mesure de démontrer que le projet tient la route, qu’il est financièrement viable et qu’il y a une demande pour le produit.

 

Selon Raphaël, la première usine d’Innomalt lui a permis de faire trois choses importantes avant de se présenter devant des investisseurs :

  • Démontrer qu’il était possible de faire du malt de qualité au Québec. 
  • Démontrer qu’il y avait un marché pour ça. En date d’aujourd’hui, Innomalt est encore la plus grosse micro-malterie québécoise. 
  • Prouver que l’entreprise était rentable. 

 

« Si on n’avait pas été capable de faire une de ces trois choses-là on aurait été dans une situation particulière où on se serait retrouvé devant des investisseurs un peu en culottes courtes, en étant pressé de caner le financement. »

– Raphaël Sansregret

 

« Pour faire la démonstration, ça prend des données fiables. Raphaël et Pascal ont travaillé fort pour mettre en place des indicateurs et des rapports qui ont su convaincre les investisseurs. »

– Charles Martel, directeur finances et administration, Espace-inc

 

En effet, Raphaël est arrivé prêt à la table des négociations. D’abord, il était bien accompagné par des entrepreneurs d’expérience et des experts en financement qui ont su le conseiller et l’aider à préparer son dossier. Ensuite, sa première usine fonctionne très bien. Elle a tout de même quelques années derrière la cravate. Son équipe est solide, son partenaire et lui ont une vision partagée et leur expérience leur a donné les outils et la maturité nécessaire pour entamer ce nouveau projet.

 

« Essentiellement, ce que l’usine nous a permis de faire c’est surtout d’acquérir de l’expérience dans un paquet de domaines, entre autres, dans la gestion financière. On était des scientifiques. Aujourd’hui, je suis capable de comprendre l’impact d’une décision sur la production et sur la rentabilité de l’entreprise. » 

– Raphaël Sansregret

 

 

Les bons partenaires stratégiques convainquent les investisseurs traditionnels

 

Préparer un dossier solide est la première étape d’une ronde de financement. Néanmoins, une fois que cette portion du travail est complétée, il faut trouver les bons partenaires financiers et ce n’est pas simple. Il faut voir plus loin que leur apport financier. Comment leur contribution peut-elle faire avancer le projet d’affaires, et ce, au bénéfice de toutes les parties prenantes?

 

« On a trouvé des partenaires avec qui ça « fit ». Ce sont des partenaires vers qui je peux me retourner si j’ai un problème et utiliser comme conseillers aussi. Ce ne sont pas juste des partenaires financiers. Oui, on a, mais on a aussi des partenaires stratégiques dans le dossier en qui on a confiance. On sait que s’il arrive quelque chose, on peut se revirer de bord et aller poser des questions et ils vont nous revenir avec des réponses qui font du sens. »

– Raphaël Sansregret

 

Les partenaires stratégiques de Raphaël ont été sélectionnés avec soin et approchés parce qu’ils apportent de l’expérience et une intelligence d’affaires à différents niveaux de l’entreprise :

 

« On a identifié des partenaires stratégiques qui sont capables de régler certains de nos problèmes, de nos enjeux ou de nos défis. Une des choses intéressantes dans le montage qu’on a, c’est que quand on parle de planification stratégique, un de nos partenaires a de l’expérience là-dedans, quand on parle d’approvisionnement, un de nos partenaires a de l’expérience là-dedans, donc ça sécurise aussi un peu les banquiers. »

– Raphaël Sansregret

 

Selon Raphaël, bâtir une relation de confiance mutuelle avec les partenaires est crucial au succès de la ronde de financement ainsi qu’à la pérennité de l’entreprise. Il faut comprendre que c’est une relation gagnant-gagnant et que tout le monde se met à risque d’une façon ou d’une autre. Ainsi, tout le monde a à cœur de voir le projet se réaliser et connaître du succès. Évidemment, le fait d’avoir des partenaires stratégiques peut grandement faciliter certains aspects de la ronde de financement :

 

« On a commencé par discuter avec les partenaires stratégiques. Éventuellement, on en est venu à discuter avec les banquiers et quand les banquiers ont su qui étaient les partenaires stratégiques, c’est devenu beaucoup plus facile d’attacher le reste du financement. Des beaux projets ambitieux, il en tombe souvent sur les bureaux de développement économique, mais des beaux projets ambitieux avec des partenaires en équité, qui sont stratégiques et solides, il y en a moins. »  

 

– Raphaël Sansregret

 

Atteindre la ligne d’arrivée

 

Le projet d’Innomalt est bel et bien ambitieux. Ce n’est pas tous les jours qu’on voit des projets de démarrage d’une telle envergure au Québec. La construction de la nouvelle malterie, qui s’installe à Bécancour, débute en septembre 2021.  Raphaël m’avoue qu’il n’a pas été simple de trouver un endroit qui rencontrait tous les critères nécessaires à l’implantation et au bon fonctionnement de la future malterie. Après quelques embûches et quelques détours, les cofondateurs arrivent enfin à la ligne d’arrivée. Leurs efforts des deux dernières années portent fruit et ils sont prêts pour la prochaine étape. 

 

Le Centre-du-Québec peut se compter chanceux d’accueillir ces entrepreneurs passionnés qui feront rayonner sa région! La nouvelle usine pourra produire jusqu’à 16 fois plus que l’usine actuelle. On a pas fini d’entendre parler d’Innomalt ! Ces supers entrepreneurs seront peut-être un peu plus loin de nous physiquement, mais le lien qui s’est tissé au cours des dernières années est fort. L’équipe d’Espace-inc est fière d’avoir eu la chance d’avoir pu les accompagner dans le développement de leur projet et de constater l’étendue de leur succès! Bonne continuation à toute l’équipe d’Innomalt! 

Rédaction :
Amélia Bourbonnais – Coordonnatrice administrative Espace-inc

 

Partenaires majeurs