BLOGUE

Oneka : faire des océans la source d’eau potable la plus durable, abordable et accessible

par | 05/04/2022 | Article de blogue

Si l’on cherchait à définir l’entrepreneuriat simplement, on pourrait dire que fondamentalement, il s’agit de résoudre des problèmes. Les entrepreneurs que nous côtoyons se lèvent tous les jours pour proposer des solutions innovantes qui répondent à des enjeux concrets. Certains cherchent à faciliter la vie de leurs clients. D’autres, tentent de résoudre des problématiques à l’échelle mondiale. L’entrepreneur que je vous présente aujourd’hui et son équipe ont entrepris une mission très ambitieuse et extrêmement inspirante : faire des océans la source d’eau potable la plus durable, abordable et accessible qui soit. 

 

Si vous êtes comme moi, vous ne vous êtes jamais demandé comment vous alliez vous procurer votre prochain verre d’eau. Vous avez soif, vous ouvrez le robinet et ça y est!  Quelle chance nous avons, alors que près de 2 milliards de personnes n’ont toujours pas accès à l’eau potable (1) ! Pour contrer ce problème d’envergure, Oneka Technologies développe une solution qui permet de puiser durablement l’eau disponible dans les océans, qui contiennent 97 % de l’eau mondiale, pour en faire de l’eau potable. Cette idée n’est pas nouvelle en soi. Cela dit, Oneka conçoit des bouées filtrantes autonomes qui utilisent la force des vagues pour transformer l’eau salée en eau potable. Elles n’ont pas besoin d’électricité pour fonctionner et ne polluent pas.

 

 « Le manque d’eau est l’un des enjeux les plus importants du 21e siècle. Malheureusement, et de façon ironique, les solutions actuelles pour faire face à cette situation contribuent à accélérer les changements climatiques puisque pour faire du dessalement, ça requiert énormément d’énergie qui vient, pour pratiquement la totalité des cas, d’usines de dessalement conventionnelles qui génèrent énormément de pollution pour faire de l’eau potable. » – Dragan Tutic, PDG

 

 

Identifier et comprendre les enjeux du marché

 

L’équipe d’Oneka développe sa technologie depuis 2015. La bouée de dessalement propulsée par l’énergie des vagues a vu le jour dans le cadre d’un projet universitaire entrepris par un groupe d’étudiants en génie mécanique. Le premier prototype ne fonctionnait pas très bien, mais le projet avait beaucoup de potentiel. Certains des membres du groupe ont donc décidé de se lancer en affaires et de continuer à développer la technologie à la fin de leurs études. À ce moment, l’équipe avait encore beaucoup de recherches à faire et d’hypothèses à valider pour bien identifier et comprendre son marché. Dragan Tutic, PDG et cofondateur, a donc fait un séjour dans des régions côtières pour en apprendre davantage sur les enjeux liés au manque d’eau potable et les solutions actuellement disponibles. Son exploration a débuté en Asie du Sud-Est, à Singapour, où se tenait une importante convention sur le dessalement. Puis, il a visité plusieurs îles en Indonésie et aux Maldives. C’est d’ailleurs aux Maldives qu’il a obtenu une première lettre d’intérêt des services publics, car leur problème d’eau potable est criant. Cet aperçu de la situation aux premières loges du problème confirmait le besoin pour la technologie d’Oneka et l’a motivé à redoubler d’efforts pour fournir une solution durable à ces populations. Dragan et son équipe sont donc retournés à la planche à dessin pour développer une solution à la fois accessible, abordable et durable.

« L’océan contient la quasi-totalité de l’eau de la terre, puis, en même temps, au même endroit, on trouve l’énergie qui est sous forme de vagues. Donc, l’idée est de combiner l’énergie et la ressource au même endroit pour transformer cette eau de mer en eau potable qui est utilisable par les populations côtières. Ce qui est intéressant, c’est que la majorité de la population mondiale vit sur le bord de l’eau. En fait, près de 50 % de la population mondiale vit à moins de 100 km des côtes. » – Dragan Tutic, CEO

 

 

Le problème avec le dessalement conventionnel

À l’heure actuelle, la plupart des systèmes de dessalement utilisent la filtration à osmose inverse. Des génératrices alimentées au carburant pompent l’eau de mer dans le mécanisme où elle est ensuite filtrée sous haute pression à travers des membranes semi-perméables. L’un des plus grands enjeux du dessalement conventionnel est qu’il produit une saumure très concentrée qui est rejetée dans l’environnement, ce qui bouleverse les écosystèmes. Avec cette méthode, pour un litre d’eau potable produit, l’usine rejette en moyenne 1,5 litre de boue ultra saline.

 

 

Innover pour changer le monde

À la lumière de ces constats choquants, l’équipe d’Oneka a décidé d’innover pour développer une solution durable qui ne chamboule pas les écosystèmes environnants. Ainsi, l’entreprise conçoit des systèmes modulaires flottants et autonomes qui fonctionnent grâce à l’énergie des vagues. Fini les génératrices polluantes et les rejets de CO2 dans l’atmosphère!

« L’eau de la mer est aspirée quand la bouée descend dans le creux d’une vague. Quand la bouée monte dans la vague, l’eau salée est montée en pression. Elle est envoyée à travers les membranes d’osmose inverse. Puis, l’eau potable qui en résulte est acheminée à la berge avec un tuyau sous-marin. » – Dragan Tutic, PDG

Bien que cette technologie utilise aussi la filtration à osmose inverse, les rejets de saumure ne détruisent pas les écosystèmes environnants, car ceux-ci ne sont pas rejetés à un seul endroit sur le bord de la plage où il y a très peu de mouvement de l’eau. Les bouées flottantes sont généralement installées de 500 m à 1,5 km de la côte. Ainsi, la saumure est rejetée sur une grande surface, soit à côté de chaque bouée, où il y a beaucoup de mouvements hydrodynamiques. Les vagues et les courants marins mélangent le tout à l’eau de la mer. Par ailleurs, la saumure produite par le système de dessalement est très faible en salinité. Sur la quantité d’eau aspirée par la bouée, environ 25 % est filtré pour produire de l’eau potable. Le sel qui se trouvait dans ce 25 % se retrouve dans le 75 % restant avant d’être rejeté sous forme de saumure dans la mer, ce qui représente près de 33 % de plus de concentration en sel. En outre, les bouées sont produites en partie avec du plastique recyclé. Une fois installées, elles servent aussi de récifs artificiels pour la faune marine.

 

Du prototype à la commercialisation

 

À travers les années, Oneka a développé huit systèmes de dessalement. L’équipe a fait évoluer plusieurs prototypes avant d’arriver à un produit qui satisfaisait tous ses critères. Ceux-ci ont été mis à l’essai aux Îles-de-la-Madeleine, en Nouvelle-Écosse, en Floride, en Caroline du Nord et au Maine. C’est ainsi que la jeune entreprise a été en mesure de produire ses premiers litres d’eau potable. Il était ensuite nécessaire de s’installer près de la mer pour effectuer des tests tout au long de l’année et opérer plus efficacement. Grâce à son premier financement, Oneka a pu installer une base en Floride et augmenter de façon significative la performance de ses bouées, pouvant produire jusqu’à des milliers de litres par jour. 

La prochaine étape était de commercialiser leur solution durable de dessalement. Pour ce faire, une deuxième ronde de financement était nécessaire. À ce stade, il était important de poursuivre l’amélioration du produit, mais aussi de développer des ententes commerciales. Déjà, au niveau du marché, la réceptivité et la traction autour de la solution étaient excellentes. Ils ont d’ailleurs pu signer deux ententes, une avec la communauté côtière d’Ocean Village en Floride et une autre avec une marina au Chili. Finalement, à la suite de ces étapes importantes, ils ont fait une troisième ronde de financement. Cette fois, l’objectif était de déployer les deux premiers projets commerciaux, d’augmenter la fiabilité du produit et d’accélérer les ventes. Inutile de dire que les jeunes entrepreneurs ont dû aller chercher de l’aide pour bien les guider à travers ces jalons importants.

« À chaque étape, c’est toute une nouvelle gamme de défis qui se présente, il faut s’assurer d’avoir la bonne équipe et d’avoir les bonnes ressources pour y arriver. » – Dragan Tutic, PDG

 

 

Des coachs, des aviseurs et une équipe de confiance

 

En 2018, les cofondateurs d’Oneka sont arrivés chez Espace-inc pour un premier accompagnement. C’était le début d’une longue relation qui dure depuis maintenant près de 5 ans. Pour Dragan, il était primordial de s’entourer de gens d’expérience qui pouvaient l’aider à développer son entreprise et ses compétences entrepreneuriales. Son équipe et lui avaient les connaissances techniques pour développer la technologie, mais bâtir une entreprise requiert une diversité d’aptitudes. Il a été accompagné à plusieurs niveaux, qu’il s’agisse des finances et de la comptabilité, du financement, des ventes, de la relation client, des relations humaines et bien plus encore. 

« J’ai été appuyé par plusieurs professionnels, des coachs, qui m’ont aidé à accélérer tous mes apprentissages. Pour moi, ça a été extrêmement bénéfique, notamment avec Alain-Olivier Desbois, pour tout ce qui est financement. Ce n’est pas juste quelqu’un qui te donne des conseils, c’est quelqu’un qui fait les activités avec toi. Même chose au niveau des ventes, quand j’allais vendre, souvent j’avais un aviseur ou un coach qui venait avec moi rencontrer le client. On négociait ensemble, on discutait du contrat. » – Dragan Tutic, PDG

 

 

Entrepreneur dans l’âme

 

Dragan a longtemps été entrepreneur sans le savoir. Déjà, à la fin du primaire, il vendait des ressorts à ses collègues de classe. Plus tard, il était le jeune homme à tout faire. Qu’il s’agisse de laver des piscines ou de faire du jardinage, on faisait appel à lui. Il y a eu l’époque où il vendait des cubes Rubik à des collectionneurs, puis celle où il vendait des autocollants. Très créatif et dans ses propres mots « intense », il a toujours aimé fabriquer des choses lui-même. C’est plus tard dans la vie qu’il a compris l’importance du travail d’équipe et l’étendue de ce qu’il est possible d’accomplir à plusieurs.

« L’entrepreneuriat selon moi, c’est être capable de rallier beaucoup de monde ensemble pour faire face à des défis extrêmement grands et de rallier beaucoup de gens autour d’une problématique commune. » – Dragan Tutic, PDG

Et quel défi Dragan et son équipe ont décidé de relever! Heureusement, ils sont bien entourés. Oneka connaît une saine croissance et peut désormais compter sur une vingtaine d’employés hautement qualifiés. Les membres de l’équipe sont tous aussi motivés que Dragan à avoir un impact positif dans le monde. Il y a également tout un réseau de coachs et d’aviseurs qui gravitent autour de l’équipe et sur qui ils peuvent faire appel pour obtenir des conseils, tant au niveau technique que commercial. Oneka c’est un projet rassembleur, mais aussi un projet de longue haleine. Ceci dit, tous les efforts de l’équipe permettent de s’approcher un peu plus chaque jour de leur objectif: régler l’enjeu de l’accès à l’eau pour des milliers de gens à travers le monde en faisant des océans la source d’eau potable la plus durable, abordable et accessible.

Merci Oneka de nous inspirer et de mettre votre génie au service de l’humanité!

 

__

(1) L’accès à l’eau potable : plus de 2 milliards de personnes toujours privées de ce droit fondamental (ONU)

 

 

 

Entrevue et rédaction :
Amélia Bourbonnais – Coordonnatrice administrative

 

 

Partenaires majeurs